lundi 10 décembre 2012

Qunb, la visualisation de données à la portée de tous

L’évènement de la semaine dernière dans la sphère internet, c'était bien sûr la nouvelle édition de Le Web Paris, qui s'est tenue du 4 au 6 décembre, dont le point culminant a été le résultat de la Startup Competition qui distingue les entreprises du web les plus innovantes. Surfant sur la vague de l'open-data (mise à disponibilité du grand public de données brutes) et du Big Data (analyse de gros volumes de données), c'est la startup française Qunb (lire Q'n'B pour "quantities and numbers") qui a remporté le concours cette année, succédant donc à BeInto, une startup italienne proposant une plateforme mobile de jeux permettant de gagner des bons d'achat ou des réductions.


Co-fondée par Cyrille Vincey et Jean-Baptiste Théard, Qunb se présente comme le "Youtube des chiffres". Leur constant, c'est qu'il est aujourd'hui toujours très difficile de trouver des données chiffrées via les moteurs de recherche, et encore plus difficile de les comprendre. Ils ont donc eu l'idée de développer une plateforme entièrement dédiée aux données quantitatives, afin de les regrouper, de simplifier leur visualisation pour en faciliter la compréhension et de les mettre à la disposition du grand public comme des entreprises. En pratique, les données brutes sont ainsi extraites des documents mis à leur disposition, analysées de façon sémantique et retraitées automatiquement sous forme de graphiques.

Qunb est donc une plateforme d’agrégation de données où chacun peut rechercher des informations chiffrées, uploader ses propres données et les comparer avec d'autres résultats. L'intérêt de Qunb réside dans la possibilité qui est offerte à l'utilisateur de trouver facilement les informations qui l'intéresse et de pouvoir les visualiser au format de son choix. Un service qui pourrait s'avérer très utile dans le cadre d'une étude de marché, de recherches universitaires, ou, dans le cas plus précis du web, pour une veille technologique sur la répartition de l'utilisation des différents navigateurs, des résolutions d'écran, ou du surf sur internet en situation de mobilité.

Grâce à une liste des données disponibles (en anglais) classées par catégories (secteur public, technologie, environnement, finance, etc.) et au moteur de recherche intégré, la sélection de données est relativement facile. Idem pour l'ajout et la suppression de chiffres ainsi que pour la comparaison de séries, qui se font très aisément. L'outil vous laisse ensuite la possibilité de choisir entre plusieurs types de visualisation (histogrammes, cartes, tableaux, courbes, etc.) et de personnaliser la couleur du graphique. Il ne vous reste plus alors qu'à faire une copie d'écran pour le récupérer (une fonctionnalité de téléchargement des résultats de recherche sous forme d'image ou de pdf serait la bienvenue). Vous pouvez aussi opter pour l'export des données brutes, afin de les traiter directement dans un logiciel de visualisation de données ou dans un tableur.



Les données ne sont pour l'instant pas très nombreuses et semblent provenir principalement de sources institutionnelles comme le FMI, le W3C, Eurostat ou l'Agence Européenne pour l'Environnement, mais l'on peut envisager que grâce au tremplin et à la visibilité offerte par Le Web, la notoriété du service devrait permettre une croissance intéressante de la quantité de données disponibles. Plusieurs entreprises, dont la SNCF, seraient d'après les fondateurs prêtes à  franchir le pas de l'open data et à rejoindre Qunb.

Comme l'explique Cyrille Vincey dans cette interview accordée à Frenchweb, la monétisation de la plateforme se fera par le biais de compte pro proposés aux entreprises et de comptes freemium permettant d'utiliser des fonctionnalités plus avancées :


[LeWeb'12] Cyrille Vincey, Qunb par frenchweb

Un outil dédié à la business intelligence qui semble donc intéressant, mais une victoire qui mérite néanmoins d'être quelque peu pondérée. Les membres du jury ont clairement indiqué avoir été dérouté par ce choix final très limité de 3 startups, expliquant qu'ils auraient préféré prendre part à la sélection des candidats dès le début du processus. Le jury a également émis des réserves concernant les business models des finalistes, et a admis n'avoir pas très bien compris le concept de Qunb, mais senti le potentiel que pouvait représenter un tel service dans le futur. Avec l'objectif pour 2013 de s'implanter durablement aux Etats-Unis, où le secteur des études de marché représente 73 milliards de dollars, Qunb ne manquent en tout cas pas d'ambition.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire