vendredi 7 décembre 2012

Le Top 10 Digitives des plus belles couvertures d'album de l'année 2012

Le collectif Digitives pour la seconde année consécutive vous offre sa sélection de dix couvertures d’album ayant marqué l’année 2012. Découvrez dès à présent l’histoire qui se cache derrière ces artworks : les designers, photographes et inspirations qui ont permis de sublimer ces pochettes déjà cultes.

1. Electric Guest - Mondo


Révélation de l’année 2012, le groupe californien Electric Guest a confié la réalisation de l’ensemble des visuels de son album à l’artiste Jacob Escobedo, déjà célèbre pour ses précédentes collaborations avec The Shins, Broken Bells ou encore Vampire Weekend. L’artiste façonne un univers propre à chaque artiste avec ici une vision moderne de l’antiquité.

               


2. Sleigh Bells - Reign of Terror


Peut-être l’une des couvertures d’album les plus authentiques de cette année, Reign of Terror est illustré par une paire de chaussures appartenant à Alexis Krauss, la chanteuse du duo détonant. Tachées de son vrai sang suite à un incident survenu lors d’un live durant lequel cette dernière reçut un coup de guitare de Derek Miller, son acolyte. Un moment que le guitariste de Sleigh Bells a souhaité immortaliser pour illustrer la dualité de leur musique : l’insouciance et la jeunesse symbolisée par cette paire de keds altérée par ce sang témoin d’une perte d’innocence.


3. Best Coast - The Only Place


Pour son second opus, la chanteuse Bethany Cosentino rend hommage à son état natal, la Californie. Elle lui dédie une de ses compositions “The Only Place” qui donnera son nom à l’album. Le choix du visuel aura été fortement influencé par une chanson datant de 1913 et vantant déjà à cette époque les mérites du "golden state".

"I love You California", 1913

4. The Temper Trap - The Temper Trap


La pochette de l’album éponyme du groupe de rock australien The Temper Trap fait figure d’objet d’art à elle seule avec cette instantané d’une goutte d’encre tombée dans l’eau. Cette photographie impressionnante est signée Alberto Seveso, un artiste italien mondialement connu pour ses réalisations hautes en couleurs.


5. Stars - The North


Pour leur sixième album, les canadiens de Stars ont opté pour une couverture qui illustre leur ville de résidence : Montréal. Ce groupe d’immeuble est un concept architectural ayant émergé au Canada au début des années 60. Dénommé “Habitat 67”, ces pavillons sont situés sur une péninsule créée pour héberger ce projet : la Cité du Havre. 146 familles y sont hébergées, formant une communauté à part entière, admirée et enviée par le monde entier pour sa qualité de vie. Evan Cranley, l’un des membres du groupe explique son choix : “La pochette de l’album illustre un temps où le Canada était très jeune et futuriste ; et le berceau de tas d’idées incroyables qu’on ne retrouve hélas plus de nos jours. L’architecture et l’urbanisme sont d’ailleurs témoins de cette époque, qui était dans une ère très créative et qui avait du look.


6. Battles - Dross Glop


Souvenez-vous, il y a un an de cela sortait Gloss Drop, un album dont la pochette avait déjà retenu notre attention. Les new-yorkais de Battles ont sorti cette année un album de remix intitulé Gloss Drop et on également “remixé” la cover. Initialement, cet amas organique est une sculpture de Dave, guitariste/bassiste au sein du groupe, qu’il a réalisé durant la production de l’album Gloss Drop. Pour la sortie de l’album en mai 2012, des singles collectors ont été mis sur le marché; déclinant la couleur en fraise, vanille et chocolat :



7. Example - The Evolution of Man


Elliot John Gleave, plus connu sous le nom de Example a choisi une photographie prise par ses soins lors d’un concert donné au V Festival de Stafford en Angleterre. Cette photo est une mise en abyme, le chanteur tient une photo de lui-même enfant, les bras levés, tandis qu’à l’arrière-plan, son public tient la même pose. Le photographe Rut Blees, un allemand expatrié au Luxembourg, a déjà fait l’artwork de The Fat of the Land (de Prodigy) et Original Pirate Material (de The Streets).




8. Field Music - Plumb


La pochette de l’album a été réalisée sur la base d’un collage par Peter Brewis, largement inspirée d’un tableau qu’il possède : Standard Station, de Ed Ruscha, artiste américain en vogue dans les années 60, mêlant pop art et et art conceptuel. Les stations d’essence ont par ailleurs servies de support à l’artiste puisqu’il a sorti un livre nommé “Twentysix abandoned gasoline stations”, une série de 26 stations entièrement travaillées en noir et blanc :



9. How To Dress Well - The Total Loss


Une pochette d'album aussi expérimentale que la pop de Tom Krell, mieux connu sous le nom de scène How To Dress Well représentant son masque mortuaire. Un rendu impressionnant signé Mile Eror qui a modélisé en 3D le visage du chanteur à partir d'un portrait photo. Le procédé détaillé en images vaut le détour.


10. The American Dollar - Awake in the City


Le duo new-yorkais de The American Dollar a fait appel au photographe Greg Brophy pour la pochette de leur dernier disque, fin connaisseur de la ville, plus particulièrement du quartier de Manhattan. Réel expert en urbanisme et mutation architecturale, son portfolio mérite le coup d'oeil. L’artiste expose également sur la toile des photographies prises depuis son iPhone, ce qui prouve que la photo sur smartphone a encore de beaux jours devant elle.

A voir ou revoir : notre Top 10 des meilleures pochettes d'album de 2011

Aucun commentaire:

Publier un commentaire