mercredi 30 mars 2011

[Focus] Ra Ra Riot, la musique de chambre aux accents pop-rock

A chaque mois son [focus] sur le blog Digitives, et pour mars un article consacré à Ra Ra Riot, un groupe aux antipodes du duo détonant Sleigh Bells à la noise pop assourdissante, que nous vous présentions en février.

Wes Miles, Mathieu Santos, Alexandra Lawn,
Rebbeca Zeller, Milo Bonacc

L'aventure Ra Ra Riot débute sur les bancs de la fac de Syracuse (NY) où les membres du groupe, alors encore étudiants, se font connaître grâce à des concerts organisés au sein de leur campus. Leur particularité : jouer de la musique pop-rock en y ajoutant des instruments tels que le violoncelle et le violon.
6 mois seulement après sa création, la troupe impressionne par la qualité de ses performances live et se voit invitée à participer au CMJ, un des grands rendez-vous musicaux new-yorkais.


The Rhumb Line (2008)

Après la sortie en 2007 d'un EP éponyme, l'album The Rhumb line sera la consécration pour ce groupe désarmant de maturité. A la première écoute, leurs chansons semblent joyeuses et pleines de légèreté, or dès que l'on  se penche sur les paroles, la vérité est tout autre. Les chansons de Ra Ra Riot abordent les relations sentimentales sous un angle cynique avec pour exemple "Can You Tell" qui, loin d'être une déclaration d'amour, évoque la crainte des sentiments négatifs que peut engendrer l'amour inconditionnel.



The Orchard, 2010

Fort de son succès outre-atlantique, le groupe sort en 2010 The Orchard,  second opus de 9 morceaux mixés par Chris Walla (Death Cab From Cuties) et Rostam Batmanglij (Vampire Weekend). Le quintet nous invite cette fois-ci à une ballade estivale au plein coeur de leur verger. Avec the Orchard, les mélodies se veulent résolument plus pop et les paroles d'une sensibilité particulière.




A travers ces deux albums, Ra Ra Riot réussit alors l'impossible : nous faire fredonner des mélodies empreintes de mélancolie et d'amertume en prenant soin de nous épargner les effets secondaires.

Mélanie G.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire