mercredi 21 décembre 2011

Le social commerce sera-t-il le e-business de demain ?

On entend beaucoup parler ces derniers temps du social commerce, un concept émergent qui s'annonce comme une tendance forte pour 2012. Mais pour beaucoup, le social commerce reste une notion relativement floue. Le collectif Digitives décrypte pour vous les grandes lignes de cette nouvelle mouvance du commerce digital, animée, encore et toujours, par la recherche des bonnes affaires.




Le social commerce s'appuie, comme son nom l'indique, sur le web social afin d'influencer l'internaute et de le pousser à acheter un produit. Recommandations d'amis, whislists, partages, cette stratégie tire donc pleinement partie du conseil d'ami 2.0. Et elle n'a pas tort, car selon une étude conduite par Accenture, pour 76% des personnes interrogées, le bouche-à-oreille reste la principale source d'information avant achat. Pour une grande majorité, il est également déterminant dans le choix d'un prestataire. Les recommandations sur les réseaux sociaux sont partie prenante de ce bouche-à-oreille.

Le social commerce redonne donc un coup de boost au e-commerce qui commençait à légèrement pâtir de la mauvaise réputation des faux "avis clients". Le social commerce risque donc fort de s'orienter vers une dominante toujours plus "sociale" et "intime" (selon cette même étude, une personne sur quatre fait confiance aux recommandations mises en ligne par leurs relations), ainsi que vers des processus d'achat plus mobiles et plus décentralisés.

Le f-commerce et les nouveaux facebook stores ne seront pas étrangers à ce processus, puisque l'internaute n'aura même plus besoin de se rendre sur le site de la marque pour effectuer son achat. Un bon moyen pour les marques de mettre en avant leurs produit-phares auprès du public et pour les stars de vendre du merchandising à leurs fans. La Redoute développe actuellement une campagne sociale baptisée "La vente flash des fans", qui permet uniquement aux fans de sa page de choisir les produits qui feront partie de cette vente flash.

On trouve ainsi 7 types d’actions au social commerce ayant pour point commun l’externalisation du processus d’achat  : 


  • La wishlist aussi connue sur le nom de “listes d’envies” est une des fonctionnalités phare de sites d’ecommerce tel qu’ Amazon. Elle permet à l’internaute de prolonger son expérience de shopping en dehors du site en la partageant avec ses proches ;
  • Les Cadeaux, inéluctables, sont l’un des moyens les plus courants pour parler d’un produit ;
  • L’achat groupé est entré dans les moeurs avec l’explosion du géant Groupon. En parrainant ses proches, l’internaute bénéficie de rabais et deals sur plusieurs type de services et produits ;
  • Les Conseils : comme mentionné auparavant, le bouche à oreille reste le meilleur moyen pour évangéliser  ;
  • Les Recommandations concernent, elles, le partage d’un article spécifique à ses contacts par le biais des réseaux sociaux ou par email ;
  • Le Partage est lui devenu quasiment symptomatique, qui n’a jamais cliqué sur les boutons de partage pour publier en un éclair de seconde sa dernière trouvaille ? ;
  • L’ Avis client, véritable cheval de bataille des sites e-commerce, ce dernier reste décisif lors du processus d’achat pour 86% des internautes français.

3 exemples de plateformes dédiées au social commerce


Lancée la semaine dernière, l'application Kaniti  vous permet de découvrir de nouveaux produits, les localiser géographiquement et les partager tout ceci en gagnant un temps précieux. Finies les heures perdues passées à arpenter tous les magasins pour trouver le bon modèle, la bonne pointure ou encore le gadget dernier cri, Kaniti répertorie en une dizaine de catégories une sélection de produits mise à jour par sa communauté. Grâce à la reconnaissance d’image, ce service vous conseillera l’endroit le plus proche de chez vous afin de vous procurer l’objet tant désiré.
L'application est disponible sur iOs et prochainement sur Android





Besoin d’une recommandation ? D'un bon restau dans votre quartier ? D’un conseil sur le dernier outil high tech à se procurer ? Hunch décrypte vos goûts pour vous proposer les meilleures recommandations. Pour ce faire, le site invite l’internaute à répondre à une série de questions et  à noter des produits de 1 à 5. Racheté par Ebay en novembre dernier, le site s’appuie désormais sur un éventail plus large de produits pour satisfaire au mieux les besoins des membres de sa communauté.




Cette plateforme française a pour objectif de repenser l’achat à travers une interface très intuitive. Dès la page d’accueil, Trouvissimo invite l’utilisateur à définir son projet d’achat, poser une question ou demander conseil sur un produit ou encore aider la communauté. L’entraide est de mise sur ce site avec la présence d’un système de points permettant aux membres de remporter des lots. Outre le principe de questions/réponses pour optimiser tout processus d’achat, Trouvissimo offre également une gestion grâce des fonctionnalités telles que la wishlist, la collecte de références produits et d’avis d’utilisateurs.

Le social commerce s'annonce donc comme l'une des tendances fortes des années à venir en matière de webmarketing. Preuve en est, la nouvelle campagne de la compagnie aérienne KLM, déjà très investie en matière de réseaux sociaux, se lancera l'an prochain dans les "places sociales", avec le programme Meet & Seat permettant aux voyageurs de choisir leur voisin par le biais des réseaux sociaux. Et vous, que pensez-vous du social commerce ? Sera-t-il un nouveau mode de consommation à part entière ou une simple tendance éphémère ?

Stéphanie M. & Mélanie G.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire