lundi 22 octobre 2012

Pheed : le réseau social où le contenu est R.O.I. ?

Un tout nouveau réseau social nommé Pheed a été lancé au mois d'août 2012, et fait pas mal parler de lui depuis quelques jours. Son motto : "express yourself". Tout est dit. Imaginé par un groupe d'amis de Los Angeles travaillant dans les nouvelles technologies et l'industrie du divertissement, il a été entièrement financé par ses fondateurs, à hauteur de 2,5 millions de dollars. Depuis sa mise en ligne, déjà plus d'un million de personnes, un score plus qu'honorable, se seraient inscrites sur le site.



L'objectif de la plateforme : c'est la création de contenus, nommés "pheeds", et ce quel que soit la forme qu'ils peuvent prendre : texte, photo, vidéo, audio, diffusions live, etc. Pour faire simple, il s'agit donc d'un mash-up entre Facebook, Twitter, Soundcloud, Youtube et Instagram. Le co-fondateur et CEO O.D. Kobo ainsi que son équipe ont sélectionné leurs caractéristiques préférées des autres réseaux sociaux. Et dont certains (Twitter et Instagram notamment), d'après lui, sont dans une impasse car ils n'ont pas su évoluer avec la demande des usagers.

Pheed mise principalement sur l'utilisation de son service par des célébrités, attirant ainsi par la suite une nuée de fans avides de contenus exclusifs. Les chaînes peuvent donc être monétisées, l'utilisateur (le "pheeder") choisissant de faire payer ses followers soit en pay-per-view, soit en souscrivant un abonnement mensuel. L'objectif étant bien sûr de toujours laisser le choix à l'utilisateur d'opter, ou non, pour une rémunération de son contenu, ainsi que du montant de celle-ci (entre 1,99 et 34,99 $ par mois environ). La moitié des revenus va au pheeder, et l'autre moitié sert à rémunérer Pheed. L'idée, en donnant la possibilité aux usagers de monétiser leur chaîne, est de les inciter à fournir des contenus exclusifs et de meilleure qualité : concerts d'appartement, interviews, stand-up fait maison, etc.

Un aperçu du pheed de Konbini
 Ce nouveau réseau social a déjà réussi à attirer plus de 200 célébrités et prescripteurs en matière de nouvelles tendances, telles que la star pour ados Miley Cirus (qui a attiré plus de 10 000 visiteurs à l'instant même où elle a lancé sa chaîne), Paris Hilton, Slash ou encore David Guetta (qui a opté pour une diffusion premium payante).

Les + :
  • Pheed réunit en une seule plateforme les fonctionnalités de plusieurs réseaux sociaux. Plus besoin donc en théorie de multiplier les comptes et les applications, vous trouverez tout sur Pheed. Un app iphone devrait prochainement voir le jour, augmentant ainsi les possibilités de mobilité et de réaction instantanée.
  • Le site offre la possibilité de s'abonner à une chaîne entière, ou simplement à l'un de ses types de publication (vidéo, clip audio, etc.).

Les - :
  • En ce qui concerne le texte, les posts sont limités à 420 caractères. Certes, cela offre plus de possibilités que Twitter, mais cela ne permet pas par exemple de mettre en ligne un article, ou une nouvelle. La monétisation de contenus textuels par un auteur par exemple ne sera donc pas possible.
  • Au départ le site permettait de s'inscrire via son compte Twitter (la moitié des nouveaux abonnés utilisaient ce biais d'après Pheed), cela n'est plus possible depuis vendredi, la fonctionnalité ayant été bloquée par Twitter. Selon Pheed, ils seraient en discussion avec le réseau de microblogging pour rétablir cette fonctionnalité. On se sait pas pour l'instant s'il s'agit d'une simple tentative d'intimidation de la part de Twitter, ou d'une violation des conditions d'utilisation de son API (dans le cas d'une connexion via Twitter, envoi automatiques de tweets sur le fil de l'utilisateur, causant de nombreux mécontentements). Y aurait-il déjà mésentente entre les deux plateformes ?

Quand on sait que de nombreuses célébrités au cours de la dernière décennis se sont fait connaître en mettant en ligne gratuitement leur création, on ne peut que légitimement s'interroger sur la longévité d'un tel projet. Le commun des utilisateurs et les wanna-be stars n'auront en tout cas aucun intérêt à monétiser leurs chaînes. En s'appuyant donc majoritairement sur les stars du moment en tant que top-users pour inciter les internautes à s'inscrire sur sa plateforme, on peut craindre de le niveau d'échange ne soit pas très élevé... Pheed a pour le moins réussi le pari de braquer les projecteurs sur lui. Alors simple feu de paille ou nouvelle tendance en matière d'échange social, l'avenir seul nous le dira.

Stéphanie M.

2 commentaires:

  1. Aujourd'hui j'ai pu rejoindre Pheed en me connectant avec mon Twitter, il faut croire qu'ils ont résolu leur problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'info ! Et que pensez-vous du site ?

      Supprimer