vendredi 19 octobre 2012

L'avenir du musée passe-t-il par le web ?

Deux mondes que l'on pourrait penser presque opposés, ceux des musées et de l'Internet, ont aujourd'hui tendance à se croiser et à créer des passerelles pour prolonger expérience et découverte culturelles. De l'événement collaboratif destiné à remixer le musée initié par Museomix au hacking (gentil, on vous rassure) du design des sites de musées pour les rendre plus accessibles sur terminaux mobiles lors de la Responsive Museum Week, en passant par la découverte de Pictify, le nouveau réseau social destiné aux galeries d'arts et aux musées, nous avons passé en revue 3 voies possibles pour réunir web et musées.


Museomix - du 19 au 21 octobre 2012


“Remixer le musée ensemble” tel est le crédo de cet événement participatif destiné au monde des musées. L’objectif de Museomix : questionner la place du visiteur face au savoir. Ce challenge est relevé par une communauté de “museomixeurs” issus de tous horizons (conservateurs, médiateurs culturels, designers, codeurs...) qui se mobilisent pour créer de nouvelles interactions en plein coeur d’un musée. Sur place comme en ligne, ces derniers ont trois jours pour mettre au point des prototypes, fruits de la rencontre entre le monde culturel et le numérique, qui pourront être testés en temps réel par le public. Lors de la première édition organisée en 2011, 11 dispositifs ont été mis en place comme Kaleïdomix, une application qui, en prenant en photo une oeuvre, permet d’obtenir plus d’informations, de la partager sur les réseaux sociaux et même de la “remixer” ! L’aspect participatif n’est pas en reste puisque l’application permet de comparer les oeuvres créées et de repartir avec grâce à l’utilisation d’une imprimante 3D mise à disposition.



Cette année, Museomix revient du 19 au 21 octobre au musée gallo-romain de Lyon-Fourvière avec 9 équipes plus que motivées pour repenser notre approche du musée !


Pictify 


L'avenir des musées passera-t-il par les réseaux sociaux ? S'ils sont nombreux à avoir investi les plateformes sociales "classiques" comme facebook ou twitter, c'est pourtant bien sur des réseaux émergents et plus "picturaux" qu'ils pourraient bien trouver une place de choix. On pense bien sûr à Pinterest, qui accueille déjà le Louvres ou encore le musée des Beaux Arts de Lyon, mais ils peuvent désormais également se tourner vers un petit nouveau intitulé Pictify, spécialement destiné au partage d’œuvres d'art, et principalement pensé pour les musées et les galeries d'art. Plusieurs d'entre eux ont déjà franchi le pas, comme le Musée d'Orsay et le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris. Moins encombré que Pinterest (pour le moment du moins), plus "ciblé" et plus transparent sur ses conditions d'utilisation et sa politique concernant les droits d'auteur, Pictify pourrait donc gagner rapidement l'avantage sur son principal concurrent. Les institutions peuvent également y mentionner des informations complémentaires comme leurs horaires d'ouverture, leurs tarifs, etc.



L'utilité d'une telle présence en ligne n'est plus à démontrer. D'un point de vue artistique comme pédagogique, elle peut permettre à de nombreuses personnes d'effectuer des recherches, de préparer un cours, une visite avec des élèves, etc. Cela pourrait également permettre à de plus petits musées de se faire connaître du public. Pourtant, les participations des musées restent très inégales. Si la collection de visuels sur Pinterest du Museum de Toulouse est relativement riche et bien organisée, d'autres se contentent d'une simple "occupation de l'espace", en n'affichant même dans certains cas aucun visuels. Très globalement, le potentiel de ce type de réseaux est encore très largement sous-estimé par les institutions muséales, mais la tendance pourrait bien s'inverser au cours des prochaines années.


Responsive Museum Week - du 15 au 24 septembre 2012 


Initiée par Geoffrey Dorne (que nous avons déjà eu l'occasion de présenter lors de la sortie de son application neen) et Julien Dorra, la Responsive Museum Week est née d'un constat : la plupart des sites des musées français sont difficilement, voir pas du tout lisibles sur terminaux mobiles. Pas très pratique lorsque l'on se promène et que l'on souhaite consulter les horaires d'ouverture d'un musée, ou, en pleine visite, si l'on cherche à savoir dans quelle partie du musée se situe une oeuvre, par exemple.

A l'heure où l'accès à internet se fait de plus en plus via mobile et où les normes du design responsif (design adaptable à toute taille d'écran) prennent de plus en plus de place, ces deux professionnels du web et du design se sont donc étonnés de constater que certains sites de musées récents ne s'adaptent pas à la navigation sur smartphone. Ils ont donc décidé de proposer à la communauté de repenser les sites de ces musées en s'appuyant sur les dernières technologies du web pour les rendre plus lisibles et plus agréables à consulter.

L'idée : choisissez un musée, "hackez" sa feuille de style (la partie du code qui permet de définir le rendu graphique d'un site, ses couleurs, son format, etc.) à l'aide d'un outil de type firebug ou stylish et modernisez-le pour le rendre accessible sur smartphone. Enfin, partagez le fruit de votre travail en postant des captures d'écran sur le tumblr de la Responsive Museum Week. Les résultats ne se sont pas fait attendre, plusieurs propositions ont déjà été postées, pour le Centre Pompidou ou le site des musées de la ville de Strasbourg par exemple.


Geoffrey Dorne s'exprime sur ses motivations au micro de Gayané Adourian (du projet museomix) :


De bien prometteuses initiatives, qui augurent une belle réconciliation entre Internet et l'institution muséale, qui pourrait occuper dans le futur une place de choix sur la toile.

Digitives

Aucun commentaire:

Publier un commentaire