lundi 18 juin 2012

Télétravail, management à distance et travail nomade, les modes de travail de demain ?

Travailler chez soi quelques heures par semaine ou en permanence, se regrouper dans des centres de télétravail aménagés, les possibilités sont aujourd'hui multiples, et adaptées aux envies et aux besoins de ceux qui souhaitent tenter l'aventure du télétravail. Beaucoup de métiers, notamment dans l'informatique et les télécoms, ne nécessitent plus désormais qu'une connexion internet et un terminal, et la génération des Digital Natives, qui arrive sur le marché du travail, ne devrait que renforcer cette tendance. Gain de temps, avantages écologiques et sécuritaires grâce à la réduction des trajets en voiture, salariés moins stressés et plus efficaces, le télétravail offre de nombreux avantages mais nécessite une organisation dans l'entreprise différente et plus rationalisée.

Télétravail vu par Laurence Bentz pour Digitives (Tous droits réservés)

Grâce à un accès facilité à Internet, aux ordinateurs portables et aux smartphones, travailler à distance devient bien plus facile, et séduit de plus en plus de salariés et d'entreprises. Si le télétravail est une pratique assez répandue dans plusieurs pays, et notamment en Scandinavie et aux États-Unis, c'est une idée qui commence à peine à faire son chemin en France. Petit à petit, certaines entreprises et organismes s'engagent en faveur de ce mode de travail atypique. Le télétravail a d'ailleurs fait son entrée dans le code du Travail il y a quelques semaines. Un moyen d'encadrer cette pratique et d'éviter les abus : il est notamment impossible de "forcer" un salarié à travailler à distance s'il ne le souhaite pas, et dès lors que ce dernier souhaite interrompre le télétravail, il est prioritaire pour retrouver un poste. Cette loi précise également que tous les coûts liés à la pratique du télétravail sont à la charge de l'employeur. Enfin, tout comme dans le cadre d'un travail "classique", les plages horaires où le salarié peut être contacté sont fixés en concertation avec celui-ci.

En ce qui concerne le statut du télétravailleur, le choix est large. Celui-ci peut en effet être salarié de son entreprise, mais aussi auto-entrepreneur, en entreprise individuelle ou en portage salarial. Tout dépend de sa façon de travailler et de ses envies.

Objectif : améliorer les conditions de travail des salariés


Dans de nombreuses régions, et notamment aux abords de la capitale, se rendre sur son lieu de travail peut très vite virer au cauchemar : longs trajets, embouteillages, grèves, les salariés passent un temps non négligeable dans les transports, une source de fatigue et de stress qui nuit grandement à leur vie sociale et familiale. L'union départementale des associations familiales de l'Oise a bien compris cette problématique, et a récemment présenté un projet de centres familiaux de télétravail. L'idée : fournir un cadre de travail proche du lieu de vie, mais en conservant des conditions de travail identiques à celles dont bénéficie le salarié dans son entreprise. On parle dans ce cas de travail dans un tiers-lieu. Ces espaces de coworking, regroupant une vingtaine de salariés provenant d'entreprises différentes, disposent ainsi d'un environnement de travail professionnel, et évitent l'isolement souvent inhérent au télétravail. Enfin, pour éviter la dégradation du lien entre l'employé et son entreprise, il est prévu que ce dernier y retourne au moins un jour par semaine.

Plusieurs grandes entreprises françaises ont elles aussi fait le choix de favoriser le développement du télétravail pour ses salariés qui le souhaitent. Renault fait d'ailleurs figure de pionnier en la matière puisque l'entreprise a signé un accord de télétravail en 2007. Aujourd'hui plus de 1000 salariés de l'entreprise travaillent à domicile, et presque tous les métiers de l'entreprise sont désormais susceptibles d'être réalisés en télétravail.

Miser sur les outils collaboratifs


Intranets et extranets, réseaux sociaux d'entreprise, logiciels de suivi de projet ou encore e-learning, de très nombreux outils permettent aujourd'hui de s'organiser et de maintenir le lien entre le télétravailleur et l'entreprise.

On pense bien sûr à Skype, ce logiciel de téléphonie IP est très utile pour maintenir la communication entre l'entreprise et les télétravailleurs. Ses fonctionnalités de conférences téléphoniques et de tchat permettent de lever la barrière de la distance.

Si les échanges par mail sont incontournables, pour éviter de surcharger les boîtes mail, les outils collaboratifs hébergés tels que ceux que proposent Google (Documents, Agenda) sont idéals pour travailler à plusieurs sur un même projet. Le partage de listes de tâches par le biais d'outils comme Evernote peut aussi s'avérer très pratique. Les ressources proposées par le cloud computing (Dropbox ou Google Drive) sont aussi extrêmement utiles pour l'échange de données. Pensez enfin aux versions "portables" de certains logiciels, exécutables sur n'importe quel ordinateur depuis une simple clé USB.

Gérer son entreprise à distance


Le télétravail n'est bien sûr pas réservé aux employés. Cadres, managers et même patrons peuvent eux aussi faire le choix du travail à domicile. C'est le choix qu'a fait Jean-Baptiste Descroix-Vernier, PDG et fondateur de Rentabiliweb. Dans un entretien accordé à L'Express, ce dernier explique que sa disponibilité auprès de ses équipes est bien plus importante de cette façon. Il réunit ses salariés pour une réunion sur Skype une fois par mois, offrant ainsi une proximité bénéfique à la communication interne de l'entreprise. Hyperconnecté et organisé, ce dirigeant est un adepte fervent des nouvelles technologies, des applications mobiles et du cloud computing. L'idéal pour ce travailleur nomade qui doit pouvoir accès à ses dossiers quel que soit l'endroit où il se trouve.

Le travail à distance serait donc en train de trouver sa place dans le paysage du travail français, incité en cela par la génération Y qui serait même prête à être moins payée en contrepartie d'un emploi en télétravail.

Infographie Wrike sur le travail à distance

Grâce aux outils de communication actuels, il permet même le travail collaboratif et des échanges constants entre les différents partis. Malheureusement, le télétravail a encore mauvaise presse auprès de certaines entreprises et de leurs managers, et les inconvénients (isolement, abus) persistent. Il est donc important de veiller à certains points :
  • Accompagner le salarié dans la préparation et la concrétisation de son projet de télétravail pour que la transition se passe le mieux possible. 
  • Favoriser la communication et ne pas rompre le lien entre le télétravailleur et son entreprise
  • Valoriser le travail à distance en temps de mode de travail à part entière.
  • Organiser le temps de travail de manière efficace.

Et pour en savoir plus sur le télétravail, n'hésitez pas à consulter le Guide du Télétravail proposé par Ze Village.

Stéphanie M.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire