vendredi 13 janvier 2012

Remed, le street art aux couleurs intemporelles

La France peut se targuer d'avoir une pléiade d'artistes mondialement reconnus dans le milieu du street art. Dans notre précédent portrait nous vous présentions Supakitch & Koralie, le duo talentueux faisant toile et vie commune, cette semaine, découvrez Remed, l'artiste dont le canevas est à dimension planétaire et la palette de couleurs infinie.


Remed aka Guillaume Alby

Derrière le pseudonyme Remed se cache Guillaume Alby, un artiste français qui a choisi pour toile blanche la terre entière. C'est en 1995, dans un atelier de Lille, que ses premières oeuvres voient le jour à travers la peinture. Même s'il aime le silence et l'intimité que lui confère l'intérieur du studio de travail, l'artiste ressent rapidement les limites de ce cadre imposé tant spatialement que matériellement par le format imposé de ses toiles. De ce désir d'affranchissement naissent de nouvelles formes d'expression, cette fois-ci sur les murs lillois à travers des stickers ou des fresques. C'est en explorant l'environnement urbain que l'artiste prend conscience de la complémentarité indéniable entre le lieu et l'oeuvre. Remed se transforme alors en véritable globetrotter et puise son inspiration dans chacune de ses destinations. Un brassage culturel qui ne pouvait trouver meilleure toile que les murs des villes visitées par un peintre dont la nationalité n'est plus un marqueur d'identité

L'art comme miroir de l'âme, Italie (2011)

Remed, citoyen du monde

Premier d'une longue série de voyages, le Maroc restera la destination fétiche de l'artiste qui, au fil de rencontres, lui a permis de croire en la pérennité de son art. Les mégapoles telle New York influenceront également l'artiste qui découvrira de nouvelles approches du processus artistique. Difficile d'oublier le Brésil dont l'énergie et les couleurs donneront une résonance particulière à ses oeuvres. Ce nomadisme, l'artiste l'explique à travers le besoin d'offrir au monde des idées mises en images, des témoignages laissés aux générations futures. 

Man & Woman Facing Each Other, USA (2011)

Entre héritage et modernité

La dualité est le maître mot pour définir les oeuvres de Remed. Une dualité entre passé et modernité tant ses oeuvres très actuelles rappellent l'art nouveau et les formes venues tout droit des années 70. Or, nul ne serait capable de dater ces créations s'appropriant avec brio des figures et couleurs d'antan en les rendant comme neuves aux yeux des passants. Cette notion de dualité figure également au sein même des créations de Remed dans lesquelles il confronte l'espoir au doute, le cynisme à l'utopie, le chaos à l'harmonie, autant de concepts pour illustrer sa vision de la vie. L'amour et le partage restent néanmoins les thèmes phares de l'artiste avec pour ambassadrices des créatures hautes en couleurs.

De Dentro e De Fora, Brésil (2011)

La simplicité comme finalité 

Telle est la quête ultime de l'artiste qui est passé d'oeuvres complexes, composées de multiples formes et  de mots à des réalisations plus simples, moins codifiées. L'artiste aspire à une lecture universelle de ses oeuvres où le spectateur ressent plus qu'il analyse. Ce processus de simplification Remed le livre en s'imprégnant de l'environnement qui l'entoure. Laissant peu place à l'improvisation, l'artiste se documente toujours sur le lieu et l'architecture avant de débuter une fresque. Après avoir illustré une première idée, le reste suit naturellement dans un ballet rythmé par les couleurs et les diverses formes.  

The Ill & The Healer (2011)

Ces créations se voulant pourtant simples interpellent et ne peuvent être déchiffrées au premier regard. Car outre leur dimension universelle, les oeuvres de Remed questionnent et invitent le spectateur au voyage à chaque fois qu'il croise leur chemin.

Mélanie G.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire